Hawaï: Steve Redmond franchit le détroit de Ka'iwi en 22h30

Hawaï: Steve Redmond franchit le détroit de Ka'iwi en 22h30

Hawaï: Steve Redmond franchit le détroit de Ka'iwi en 22h30

Mis à jour 29 February 2012, 12:20 AEST

Cet Irlandais de 46 ans a un rêve: devenir le premier nageur à venir à bout des sept raids de natation en eau libre les plus durs au monde.

Sept channels: celui qui sépare l'Irlande de l'Ecosse; la France de l'Angleterre; Los Angeles de l'île de Santa Catalina; l'île du Nord et l'île du sud en Nouvelle-Zélande; et le détroit de Gibraltar entre l'Europe et le Maroc. En voilà 5. Depuis dimanche, il ne lui reste qu'un détroit à vaincre: celui de Tsugaru, entre les îles de Honshu et de Hokkaido au Japon.

Car dimanche à Hawaï, Steven Redmond a traversé les 51 km du détroit de Ka'iwi. Parti de Molokai à 18h samedi, il est arrivé à Oahu à 4h30 du matin dimanche après 22 heures trente de bataille. Il a même, et c'est le premier nageur à le faire, franchi la Muraille de Chine, cette passe extrêmement difficile et bien connue des surfeurs. Steven Redmond a raconté sa course de l'extrême à Geraldine Coutts sur Radio Australie mardi:

«Je dois dire que je suis éreinté, mon épaule et mon coude me font mal. Nous n'avons eu qu'une demi-heure de temps calme, ensuite j'ai nagé dans des creux en moyenne de 4 mètres et du vent tout du long. Le Pacifique ne m'aime pas, il a essayé de me tuer. Mais ça a été une course incroyable, le chant des baleines m'a accompagné toute la nuit, les baleines à bosse sautaient autour de moi. Quand je nage je me répète toujours les mêmes mantras, les prénoms de mes enfants. Mais bon après 11 heures de nage vous êtes dans un autre monde de toute façon,  vous ne pensez qu'au prochain battement, vous suivez le bateau pilote, vous êtes déjà au bout de vous même, il ne vous reste que votre volonté.»

Et comme si cela ne suffisait pas, Steven Redmond a plongé dans le Pacifique hawaïen une semaine seulement après avoir traversé le détroit de Cook qui sépare l'Ile du Nord de l'Ile du Sud en Nouvelle-Zélande. Une décision risquée motivée entre autres par l'urgence. Car la nageuse australienne Penny Palfrey est sur le point de boucler son grand chelem des Ocean Seven. Il ne lui en manque qu'un, le channel entre l'Ireland et l'Ecosse, qu'elle devrait franchir en juillet ou en août. Après Hawaï, Steven Redmond et Penny Palfrey sont désormais à égalité:

«Mais au fond ce n'est pas vraiment que je veuille être le plus rapide, mon souci principal, c'est de montrer aux gens que ces exploits sont possibles, je veux les inspirer, vous savez je ne suis pas super affuté, je suis un ancien joueur de rugby vieillissant! Mais ce que je veux, c'est surtout contribuer à redonner à l'Irlande foi en elle-même, tellement de gens ont quitté le pays, d'ailleurs j'ai retrouvé beaucoup d'Irlandais à Wellington, ils m'ont réservé un accueil formidable.»

En mer chaude comme en mer froide,  Steven Redmond nage dans le plus simple appareil, juste un maillot de bain, pas de combinaison.