Le Phocéa en eau trouble au Vanuatu

Le Phocéa en eau trouble au Vanuatu

Le Phocéa en eau trouble au Vanuatu

Posté à 3 August 2012, 8:33 AEST

Ce voilier de légende a été saisi le mois dernier au Vanuatu et le Premier ministre Sato Kilman ne cache pas son mécontentement face à la controverse que suscite « l'affaire Phocéa ».

Tous les ingrédients d'une affaire louche sont là et les allégations fusent depuis plusieurs semaines : l'équipage du navire (16 personnes) se livreraient au trafic d'armes automatiques et au trafic de drogue.

Deux membres d'équipage, un Samoan et un Tongien, ont été mis en examen pour avoir obtenu frauduleusement la citoyenneté ni-vanuatu.

Deux  ministres auraient été vus à bord du voilier avant l'arrivée des services de l'immigration.

Andrew Kalman, le policier en charge de l'enquête a été suspendu de ses fonctions.

Richard Kaltonga, conseiller auprès du Premier ministre, nous affirme que l'enquête suit son cours.

Richard Kaltonga : « Ce vaisseau est toujours détenu par la police et les services de sécurité.  Plusieurs irrégularités sont associées à ce navire et plusieurs lois n'auraient pas été respectées. Les documents présentés à l'immigration sont peut être des faux.
Le Premier ministre ne connaît pas ce bateau et n'était pas au courant de son arrivée. Selon des commentaires, le Premier ministre aurait été invité à bord. Le Premier ministre n'a jamais été invité et a réitéré qu'il n'ira pas à bord de ce vaisseau.

Nous avons demandé à la police d'enquêter aussi en périphérie du navire. Nous savons que deux ministres sont impliqués et peut-être quelques députés, mais nous ne savons pas s'ils sont du côté de l'opposition ou du gouvernement.
»

Edward Natapei, le Vice-Dirigeant de l'opposition veut tirer cette affaire au clair et condamne le Premier ministre.

Edward Natapei : « Des ministres ont été trouvés sur le bateau et au lieu de discipliner les ministres, ils ont sanctionné le policier responsable de la saisie du navire. Ça devient de plus en plus suspect et à nos yeux quelque chose de très louche est en cours. »

Richard Kaltonga précise lui que le Premier ministre a été le premier surpris de  la suspension du policier en charge de l'enquête.

Richard Kaltonga : « Nous avons été surpris qu'il soit suspendu et cela viendrait de son ministre et je pense que le Commissaire adjoint des forces de police examine la question. »

Des faux passeports auraient aussi été saisis sur des membres d'équipage, des passeports qui afficheraient la fausse signature de l'Officier principal de l'immigration. Et nous savons maintenant qu'un Samoan et un Tongien, ont été mis en examen pour avoir obtenu frauduleusement la citoyenneté ni-vanuatu.

Et le Phocéa, autrefois propriété du navigateur Alain Colas puis de Bernard Tapie, appartiendrait aujourd'hui à Anh Quan, un Chinois qui a acquis la citoyenneté ni-vanuatu cette année.

L'obtention de passeports diplomatiques ni-vanuatu par des ressortissants étrangers a déjà fait scandale au Vanuatu. Edward Natapei confirme.

Edward Natapei : «  Oui, c'était une caractéristique du Vanuatu. Mais si vous vous souvenez, nous avons adopté une législation pour que des passeports diplomatiques ne soient plus délivrés à des ressortissants étrangers.  Mais le gouvernement a changé tout cela pour que des ressortissants étrangers puissent avoir des passeports diplomatiques. Et selon nos informations, des passeports diplomatiques ont été donnés à certaines personnes à bord du bateau quand elles sont arrivées, c'est-à-dire une semaine avant que la police fasse ses arrestations. »

Le Vice-Dirigeant de l'opposition nous a aussi affirmé que des hommes d'affaires étrangers s'insinuent souvent dans la vie politique du Vanuatu pour obtenir des passeports diplomatiques en échange de grosses sommes d'argent. Argent, dit-il, utilisé pour persuader des députés de rejoindre tel ou tel parti après des élections.

Le conseiller de Sato Kilman a tenu à souligner le mécontentement du Premier ministre  depuis l'arrivée du super-voilier et affirme que M. Kilman  a décidé de réagir.

Richard Kaltonga : « Le Premier ministre n'est pas content du déroulement de la situation et a donné des instructions. Il a aussi donné des directives l'année dernière pour qu'il n'y ait plus de nomination à des postes diplomatiques si la marche à suivre n'est pas respectée avec notamment l'accord du Conseil des ministres. »

Une dernière question. Est-ce que Sato Kilman va se pencher sur le cas des deux ministres aperçus à bord du Phocéa ?

Richard Kaltonga : « Oui et nous savons déjà ceux qui sont impliqués. Mais l'important est que des lois existent au Vanuatu et qu'elles doivent être respectées, que cela soit un ministre, un individu, un citoyen du Vanuatu ou un étranger. Nous avons des lois et nous devons nous y plier et c'est ce que dit le Premier ministre depuis le début. C'est la raison pour laquelle nous menons des enquêtes dans plusieurs secteurs où il y a eu des histoires douteuses. »

Des propos recueillis par notre collègue Bruce Hill pour Radio Australie.