Lésion cérébrale: une malédiction en Nouvelle-Zélande

Lésion cérébrale: une malédiction en Nouvelle-Zélande

Lésion cérébrale: une malédiction en Nouvelle-Zélande

Posté à 28 November 2012, 8:25 AEST

Des chercheurs néo-zélandais affirment que ces lésions cérébrales légères ont atteint des proportions épidémiques.

Ces blessures traumatiques au cerveau sont le résultat de coups portés sur la boîte crânienne et les chercheurs de l'Université de Technologie d'Auckland indiquent que les taux de lésions cérébrales dans le pays sont de 30 à 40% plus élevés que les taux observés en Europe ou en Amérique du Nord.


Les lésions graves sont faciles à détecter, mais selon le Professeur, Valery Feigin, les traumatismes légers sont difficilement identifiables pour la victime alors que les conséquences de ces traumatismes difficiles à diagnostiquer peuvent être très dangereuses mais aussi coûteuses.


FEIGIN : « Une lésion cérébrale légère se caractérise par une très brève perte de conscience ou une perte de mémoire qui ne se prolonge pas au-delà de 24 heures. Et bien qu'il s'agisse d'une lésion qui paraît  très légère, elle engendre souvent de sérieuses complications ; des pertes de mémoire, la maladie d'Alzheimer, la démence et même des accidents vasculaires cérébraux. »


Le professeur Feigin et son équipe ont étudié des cas de traumatismes crâniens légers sur l'île Nord dans la région de Waikato sur 170 000 personnes. Étude qui a passé au crible des associations sportives, des écoles, des fournisseurs de services etc. et pas simplement les hôpitaux.


Selon les estimations 36 000 Néo-Zélandais sont victimes chaque année d'une nouvelle lésion cérébrale légère. Les jeunes et les enfants représentent les 2/3 des cas de traumatismes légers tandis que  les Maoris et les habitants des zones rurales sont surreprésentés dans ces statistiques.  Les chutes et non pas les accidents de la route sont à l'origine de la plupart de ces lésions cérébrales qui peuvent également conduire à un changement de personnalité. Valery Feigin.


FEIGIN : « Nombre d'entre eux souffrent d'un changement de personnalité, de caractère. Ce qui peut causer des problèmes dans une famille. Certains se démarquent de la société à cause de cette blessure. Et ça, ce sont des problèmes plus graves que les effets immédiats d'une lésion cérébrale légère. »
Recommandation du professeur Feigin : les coups portés à la tête devraient être automatiquement suivis d'une visite médicale.