Des voix d'enfants contre la violence à l'égard des femmes

Des voix d'enfants contre la violence à l'égard des femmes

Des voix d'enfants contre la violence à l'égard des femmes

Posté à 30 November 2012, 8:47 AEST

« Chaque homme de Tonga doit comprendre que la violence à l'égard des femmes n'est pas dans notre culture ».

C'est ce qu'a déclaré 'Etani Tuku'aho, le neveu du roi. Et c'est le thème d'une campagne de sensibilisation de 16 jours parrainée par les Nations Unies. Au nombre des activités organisées par le Centre de crise pour femmes et enfants du royaume un concours de chant des écoles primaires.


La directrice de ce Centre, Ofa Guttenbeil-Likiliki, a accepté de nous parler


GUTTENBEIL-LIKILIKI : « Cette année, pendant ces 16 jours de mobilisation, nous avons collectivement choisi le thème : la violence contre les femmes et les enfants n'est pas dans notre culture. Et nous l'avons choisi parce que le plus grand défi à Tonga et de changer les attitudes et les comportements à l'égard des femmes en général. Et ce dans tous les secteurs de la société ; social, économique, politique, religion et dans toutes les institutions où les femmes peuvent participer.
Nous avons donc ciblé les comportements et les attitudes en disant : arrêter d'utiliser la culture comme une excuse. Nous culture n'admet pas la violence contre les filles.
»


Un thème qui sera martelé tout au long de ces 16 jours de militantisme. Et un thème apporté dans les écoles du royaume.


GUTTENBEIL-LIKILIKI : « Puis nous avons pensé que ce message doit être entendu dès le plus jeune âge et nous avons donc pris contact avec les écoles. Je vous donne simplement un peu de contexte sur ce que le Centre de crise pour femmes et enfants à fait pour aboutir à un concours de chant.
Nous avons donc fait la tournée des écoles pour parler aux garçons et aux filles de la violence contre les femmes et les enfants, de la violence à Tonga et pour leur dire que ce n'était pas dans la culture tongienne.
»


Et de fil en aiguille un concours de chant sur le thème de la violence contre les femmes n'est pas dans notre culture a été organisée. Bonne nouvelle, selon Ofa Guttenbeil-Likiliki la situation irait en s'améliorant.


GUTTENBEIL-LIKILIKI : « Définitivement. Au cours de ces 5 dernières années, il y a eu une énorme augmentation des cas de violence rapportés et pour la première fois la police a annoncé une réduction des cas rapportés. Il faudrait maintenant faire une étude pour expliquer cette diminution des cas rapportés à la police. »