Prospérité entre Mélanésiens

Prospérité entre Mélanésiens

Prospérité entre Mélanésiens

Posté à 7 December 2012, 8:27 AEST

L'avenir semble prometteur entre Fidji et la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Les relations commerciales devraient aller en se renforçant, ces deux pays ayant de toute évidence décidé d'investir davantage chez l'un et chez l'autre.

Un succès également pour le Groupe Mélanésien Fer de Lance (GMFL) qui voit 2 de ces États membres devenir des partenaires importants sur l'échiquier commercial régional. Un GMFL qui se renforce alors que la grande institution de la région, le Forum des îles du Pacifique semble perdre en influence.

Pour ce qui est du commerce, pour Wadan Narsey, professeur d'économie à l'Université du Pacifique Sud, on peut parler de boom commercial…


NARSEY : « Et bien on peut dire comme ça parce que nous avons eu cet accord commercial régional pendant 10 ans, PICTA, (un accord de libre échange entre les pays océaniens sans l'Australie et la Nouvelle-Zélande), mais pas grand-chose n'a suivi.
Le marché a maintenant augmenté. Il y a 9 millions de personnes dans la région et 7 millions sont en Papouasie Nouvelle-Guinée. Mais le reste du Pacifique ne s'est pas toujours intéressé à la Papouasie Nouvelle-Guinée. Et quand j'ai fait des travaux pour le Forum des îles du Pacifique j'avais été surpris de voir à quel point les producteurs de Papouasie Nouvelle-Guinée étaient  très très protectionnistes.
Mais il y a un boom maintenant et c'est largement généré par les vastes flux financiers qui émanent des investissements du projet d'exploitation de gaz naturel liquéfié.
Des investissements énormes et beaucoup de sociétés fidjiennes veulent absolument investir en Papouasie Nouvelle-Guinée, on parle de gros investissements.
»

Mais est-ce que ces investissements vont dans les deux sens ? Les investissements papous à Fidji sont une certitude avec les retombées du gaz naturel liquéfié, mais qu'en est-il des investissements fidjiens en Papouasie Nouvelle-Guinée ?


NARSEY : « Oui, oui, ça l'est. Définitivement. Je crois que les Fidjiens en ce moment… Et bien ici, ils ont la Bank of South Pacific et ce n'est pas rien. Ils ont acheté la Colonial Bank qui était auparavant la National Bank of Fiji. Il y a aussi le tourisme mais ils sont dans les opérations bancaires et ils recherchent davantage d'investissements.


Je pense aussi que les investisseurs fidjiens en Papouasie Nouvelle-Guinée seront plus à l'aise en Papouasie Nouvelle-Guinée qu'ils ne le sont en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Tout simplement parce que l'environnement papou est d'une certaine façon très similaire à l'environnement fidjien, ou des îles Salomon ou du Vanuatu.
Je pense donc que ces sociétés se débrouilleront bien en Mélanésie : à Fidji, aux Vanuatu, aux îles Salomon et ils seront gagnants en Papouasie Nouvelle-Guinée
».