Tension ethnique à Brisbane ?

Tension ethnique à Brisbane ?

Tension ethnique à Brisbane ?

Mis à jour 7 December 2012, 8:34 AEDT

La mort d'un jeune océanien serait à l'origine de cette tension présumée entre communautés océanienne et africaine.

L'incident s'est déroulé le samedi 1er décembre. De 100 à 150 personnes participaient à une fête à Station Street dans la banlieue de Logan, dans la région de Brisbane. Une bagarre a éclaté et dans la mêlée qui a suivi,  Jordan Matehaere Tukaki, 17 ans, a été percuté par une voiture et grièvement blessé.
Le chauffeur prend la fuite et le jeune océanien meurt plus tard à l'hôpital.

Le lundi 3 décembre, Charles Greene, 21 ans, d'origine africaine, est mis en examen pour homicide. Il a été placé en détention préventive et comparaitra à nouveau devant un tribunal le 21 janvier prochain.


Depuis les rumeurs de tension et de vengeance persistent. Des rumeurs démenties aussi bien par la communauté africaine que par la communauté océanienne.
Nous avons demandé l'avis d'un pasteur haut placé de Brisbane, Wayne Alcorn, qui appartient à une organisation religieuse comptant des représentants de la plupart des communautés ethniques de la capitale du Queensland.


ALCORN : «  Je pense que le rôle de l'Église est avant tout d'être une communauté et avec ces évènements tragiques de ces derniers jours, je pense que les bonnes choses faites par l'église ne sont pas la réponse à ces évènements mais à ce qu'elle a fait en amont.
L'Église affiche une incroyable dimension multiculturelle et c'est à travers l'Église que nous atteignons les adolescents, les jeunes adultes et il y a une prodigieuse harmonie entre toutes ces personnes de groupes différents et si nous nous concentrons sur Logan, les jeunes africains, les jeunes indigènes australiens et les Océaniens s'entendent à merveille.
»


Ils s'entendent à merveille, mais il y a quand même eu une bagarre au milieu d'une centaine de personnes samedi dernier ?


ALCORN : « J'ai parlé à mes gens qui sont sur le terrain à Logan. Ils ont rencontré la police lundi et ils m'ont dit que c'est un incident isolé qui n'arrive pas souvent. Nous avons eu quelques problèmes à Logan mais ça n'impliquait pas des groupes ethniques, mais plutôt l'Australien moyen avec des questions de violence conjugale. Ce qui s'est passé le week-end dernier ne signifie pas automatiquement que quelque chose ne va pas entre la communauté africaine et océanienne. »


Renandi Stanley, originaire du Samoa, est la responsable locale des relations multiculturelles et elle confirme les propos du pasteur Alcorn.
STANLEY : « C'est seulement un incident en passant, une fête qui chauffe un peu trop avec des adolescents et, enfin moi je n'y étais pas, et ils se mettent en colère et  ça dérape. Mais il n'y a absolument pas de tension entre les deux ou trois communautés. »
.