Australie Occidentale: quand l'eau se réchauffe, les requins attaquent

Australie Occidentale: quand l'eau se réchauffe, les requins attaquent

Australie Occidentale: quand l'eau se réchauffe, les requins attaquent

Mis à jour 24 December 2012, 16:00 AEDT

La recrudescence des attaques de requins serait liée au changement climatique. Ou en tout cas, à une vague de chaleur qui a touché l'Océan Indien en 2010 et 2011. 

 

L'été dernier la température de l'Océan Indien au large de la côte ouest-australienne a augmenté de 5 degrés. Conséquence : des poches d'eaux plus fraîches se sont développées sur la côte, plus près des plages. Or les requins préfèrent les eaux un peu froides. Rick Fletcher est le chercheur en chef du Département de la Pêche en Australie Occidentale : 
 
«Quand les requins trouvent des poches d'eau plus fraîche le long de la côte qu'au large, ils ont tendance à se rabattre sur ces zones.»
 
Ce changement de température attire donc les requins plus près de la côte. Mais il expliquerait aussi une baisse des ressources en abalone et en langouste en Australie Occidentale. 
 
Ces deux dernières années, cinq personnes sont mortes sous les dents de requins le long de la côte en Australie Occidentale. 
 
Les requins sont toujours protégés, mais les autorités de l'Etat ont débloqué des millions de dollars pour mieux comprendre leur comportement, entre autres face aux changements climatiques. Rick Fletcher: 
 
«Si nous réussissons à comprendre ce qui pousse les grands blancs et les requins tigres à se rapprocher dangereusement de nos plages, alors nous serons bientôt en mesure d'alerter les baigneurs et autres surfeurs sur le risque de présence de requins sur leur plage favorite.» 
 
Rick Fletcher, chercheur en chef au Département des Pêches d'Australie Occidentale, répondait à Grant Wynne sur l'ABC. 
 
La semaine dernière une dizaine de requins-tigres jouait à un mètre seulement de la plage, à Trigg, en Australie Occidentale, dans l'océan Indien donc. Comme leurs cousins grands requins blancs, les tigres s'attaquent aussi, parfois, aux humains.