Australie: scandale de corruption chez les douaniers

Australie: scandale de corruption chez les douaniers

Australie: scandale de corruption chez les douaniers

Mis à jour 25 December 2012, 14:44 AEDT

Un groupe de douaniers a facilité le transit de drogues à l'aéroport international de Sydney. 

 

Du coup jeudi dernier le gouvernement a annoncé un audit complet de l'agence des douanes. 
 
Mais depuis, d'autres révélations ont été faites, grâce à une enquête conjointe de l'ABC et de Fairfax Media. Après le ciel, c'est l'océan. Au moins 12 douaniers corrompus du port de Botany, à Sydney, ont participé à un trafic de drogues et d'armes, falsifiant des certificats. La police avait même produit un rapport sur ce trafic il y a quelques mois. Rapport qui n'avait pas été suivi d'effets. 
 
Quoi qu'il en soit, le Président de l'Association australienne des Officiers de Douanes lui-même reconnaît que c'est une profession à risque. Peter Bennett : 
 
«Dans ce milieu il est très facile pour un criminel de corrompre un officier des douanes, en faisant jouer des liens familiaux par exemple, c'est un levier très efficace, la pression psychologique est alors intense, mais il peut s'agir d'autres liens de dépendance, et les douaniers ne résistent pas toujours aux pressions.» 
 
Et même si les contrôles sur les douaniers sont stricts et permanents, même si n'accède pas aux ports et aéroports qui veut, la corruption a encore de beaux jours devant elle. Andrew Goldsmith est professeur de criminologie à l'Université Flinders d'Adelaïde: 
 
«Je pense que les douanes sont désormais considérées comme un terrain à risque, depuis quelques années seulement. Et le récent scandale l'a confirmé. C'est un milieu qui est par nature vulnérable à la corruption. Mais jusqu'à présent nous n'avions pas d'indication concrète de cela. Dans les autres pays, le crime organisé forme des jeunes et les place dans des départements-clé comme les douanes ou la police. Je ne sais pas si ce phénomène touche aussi l'Australie, mais il est possible que la corruption soit plus organisée qu'on ne le croit. Ce scandale, c'est un signal d'alarme. Visiblement, peu de choses ont été faites pour enrayer la corruption.» 
 
Les révélations sur les douaniers corrompus de l'aéroport et d'un des ports de Sydney ont remis sur le devant de la scène une affaire qui date de 10 ans. Un ancien officier des douanes avait pointé des failles dans les contrôles de sécurité à l'aéroport de Sydney. A l'époque, Allan Kessing avait été licencié et condamné pour avoir communiqué aux médias une partie de son rapport. 
 
Aujourd'hui donc le sénateur indépendant Nick Xenophon réclame, entre autres, la publication in extenso de ce rapport, ainsi que de celui produit par la police il y a quelques mois. 
 
«Combien d'Australiens ont fait d'overdoses parce que quelques douaniers ont laissé rentrer des cargaisons de drogues sur le territoire australien ? Combien ont été tués ou blessés par des armes trafiquées par des douaniers ? A la lumière de ces révélations, je demande à ce qu'Allan Kessing soit réhabilité et amnistié et je demande que son rapport soit enfin rendu public. Il n'y a rien qui menace la sécurité nationale là-dedans donc Jason Clare, le Ministre de l'Intérieur, devrait autoriser sa publication, qu'on sache enfin de quoi il retourne.» 
 
Le sénateur Nick Xenophon, au micro de Simon Lauder sur l'ABC. Ni le Ministre de l'Intérieur Jason Clarke, ni la direction des douanes n'ont accepté de commenter cette affaire.