Fidji: ne touchez pas à notre drapeau

Fidji: ne touchez pas à notre drapeau

Fidji: ne touchez pas à notre drapeau

Mis à jour 3 January 2013, 14:25 AEST

Si Franck Bainimarama change le drapeau national, l'opposition promet de le remodifier quand elle arrivera au pouvoir. 

 

C'est ce qu'annonce Mick Beddoes, le chef du parti du Peuple Uni de Fidji. Le Premier ministre a en effet annoncé son intention de modifier le drapeau dans son discours de vœux mardi. Le drapeau actuel a conservé l'Union Jack du colonisateur britannique dans le coin en haut à gauche, sur fond bleu lagon, avec à droite, l'écusson de Fidji.
 
Franck Bainimarama souhaite un drapeau qui renforcerait l'identité fidjienne. Mais l'ancien chef de l'opposition, Mick Beddoes, estime que le Contre-Amiral Bainimarama n'a pas le droit de changer les symboles nationaux, étant donné qu'il a pris le pouvoir à la faveur d'un coup d'Etat. Et il affirme qu'une majorité des Fidjiens serait contre la modification de leur drapeau. 
 
Une opinion partagée par Adi Litia Qionibaravi, un chef fidjien qui a travaillé par le passé au ministère des Affaires fidjiennes :
 
«Ils prennent des décisions que seul un Parlement et un gouvernement élus devraient avoir le droit de prendre. Personne n'a demandé à ce que le drapeau soit modifié, c'est juste une décision prise par le petit groupe qui dirige le pays. Mais cela ne correspond pas aux souhaits des Fidjiens. Ils n'ont pas organisé de référendum, et pour cause, s'il y en avait un, ce serait une défaite pour le régime, les Fidjiens refuseraient de changer le drapeau!» 
 
Le chef fidjien va un peu plus loin en dressant un parallèle subtil entre le pouvoir colonial et le régime de Franck Bainimarama, l'un comme l'autre non démocratiques :  
 
«N'oublions pas que nous ne pouvons par effacer notre passé, notre histoire. Fidji faisait partie de l'Empire colonial britannique et nous étions membres du Commonwealth jusqu'à ce que les militaires commencent à faire leurs coups d'Etat. Donc ça me semble normal de consacrer un bout du drapeau à ce passé britannique. Et puis je vous rappelle qu'il y a beaucoup de descendants de colons britanniques à Fidji. Donc je ne vois pas en quoi notre histoire pose problème. En revanche, nous ne cautionnons pas la façon de gouverner des Britanniques pendant l'ère coloniale, mais c'est la même chose aujourd'hui, nous contestons le pouvoir du régime actuel.» 
 
Adi Litia Qionibaravi, ancien directeur de cabinet du ministère des Affaires fidjiennes, répondait à Bruce Hill sur Radio Australie.