Les organisations caritatives font des heures supplémentaires

Les organisations caritatives font des heures supplémentaires

Les organisations caritatives font des heures supplémentaires

Posté à 9 January 2013, 9:25 AEDT

Pacific Smiles a lancé un appel pour venir en aide aux victimes du cyclone Evan à Fidji et au Samoa… Et les réactions tardent à venir.

Sheree Rarasea, la directrice de cette organisation non-gouvernementale australienne, s'est déclarée surprise par ce manque d'intérêt.

Elle y voit plusieurs raisons : les feux de brousse qui mobilisent toute l'Australie en ce moment et un certain sentiment de fatigue suscité par le nombre d'organisations caritatives qui font campagne pendant les fêtes de fin et de début d'année… Sans oublier la crainte des escrocs…

RARASEA : « Normalement, nous envoyons des sacs remplis de fournitures scolaires pour les enfants. Nous n'avons travaillé qu'une seule fois avec Fidji et ce sera la première fois avec le Samoa.
Nous envoyons aussi des kits de maternité pour les femmes enceintes. De nombreuses femmes vont accoucher à l'hôpital et n'ont même pas d'habits de rechange pour ramener l'enfant à la maison.
Nous encourageons aussi les enfants australiens à remplir des sacs pour aider les gens, nous essayons de leur expliquer le partage et la compassion.
C'est ce que nous faisons habituellement. Maintenant, nous sommes en train de tout réunir et nous irons en février distribuer ce que nous avons récolté avec notre appel pour les victimes du cyclone Evan.
»

Le précédent appel pour des inondations avait permis de réunir 10 tonnes d'aide humanitaire. De quoi sera composée l'aide destinée aux victimes du cyclone Evan aux îles Fidji et au Samoa ?

RARASEA : «  Oui les deux, Fidji et le Samoa. Nous rassemblons des denrées alimentaires non-périssables, des fournitures médicales, des solutions de réhydratation et des bâches. Il y a encore beaucoup de gens qui vivent sous des bâches et nous aimerions donner un abri à tous ceux qui ont été déplacés. Nous distribuerons aussi des moustiquaires, des lotions anti-moustiques, des purificateurs d'eau et même des ustensiles de cuisine, c'est ce que nous allons envoyer là-bas. »

À condition que les Australiens puisent davantage dans leurs poches car la réponse est pour l'instant décevante.

RARASEA : « Oui, nous sommes en train de soulever des fonds et la réponse n'a pas été énorme. Nous avons réuni 1 800 dollars pour l'instant. J'ai déjà envoyé des marchandises par Air Pacific. Mais il nous faut plus d'argent parce que c'est cher d'envoyer par bateau au Samoa. Nous aimerions envoyer un conteneur sinon nous allons devoir expédier par mètre cube. Un membre de notre équipe ira sur le terrain et moi et mon mari nous irons à Fidji pour aider à la distribution…. »

Les feux de brousse qui sévissent actuellement sont peut être et en partie à l'origine du manque d'intérêt ?

RARASEA : « Oui je pense que c'est les feux de brousse et je crois que le cyclone a eu lieu à la mi-décembre mais quand j'avais lancé un appel pour les inondations en avril de l'année dernière, la réponse avait été énorme et cette fois ci, ce n'est pas le cas. Il n'y a pas beaucoup d'informations pourtant qui viennent de Fidji et du Samoa, il faut vraiment les chercher, ce n'est pas vraiment public et quand ça le devient, tout le monde s'y met malheureusement. »

Oui, les bonnes âmes se bousculent au portillon mais le fait est aussi que toute personne aussi charitable soit-elle ne peut pas donner sans arrêt à toutes les organisations caritatives...

RARASEA : «  Oui, c'est ça. Il y a tellement d'appels à l'aide qui sont lancés et qui parfois nuisent aux collectes de fonds. Avec les feux de Tasmanie, il y a des appels tout partout sur l'Internet et partout sur Facebook. Nous, nous  sommes un organisme de bienfaisance enregistré et nous voulons que les gens sachent que nous sommes enregistrés et que les fonds reçus iront où ils doivent aller et que nous nous occupons de la distribution. Nous n'envoyons pas notre aide au gouvernement.  Nous faisons les évaluations et nous nous occupons de tout. »