Australie: la course contre les flammes

Australie: la course contre les flammes

Australie: la course contre les flammes

Mis à jour 10 January 2013, 14:57 AEST

Les pompiers profitent de ces deux jours de répit avant le retour de la canicule.

 

Depuis deux jours les températures ont bien baissé, ce qui a grandement aidé les pompiers. Mais dimanche et lundi, les températures devraient grimper en flèche, avec de 50 à 52 degrés attendus dans la brousse d'Australie du Sud. Des feux continuent de brûler en Tasmanie et dans le Victoria, ils sont désormais maîtrisés.
 
Et à l'heure où nous parlons plus d'une centaine d'incendies sont toujours en cours en Nouvelle-Galles du Sud. 300 000 hectares ont été dévorés par les flammes depuis mardi. La région de Yass, dans le sud-est de la Nouvelle-Galles du Sud, a été beaucoup touchée. J'ai joint hier Kevin Rattigan, un éleveur de bétail et de moutons mérinos. La nuit de mardi à mercredi a été un cauchemar pour lui : 
 
«Le feu est arrivé à 20 mètres de ma maison. Heureusement nous étions équipés, nous avons un réseau de distribution d'eau secondaire, le débit n'est pas assuré par l'électricité, mais simplement par la gravité. Donc je me suis posté devant la maison avec ma lance à incendie. Le feu a continué à brûler toute la nuit mais les heures avançant, il s'est éloigné de ma maison. Je suis quand même resté debout devant la maison toute la nuit, car j'avais peur que des braises transportées par le vent depuis des arbres alentour, n'atterrissent sur le toit, mais on a eu de la chance, rien de grave n'est arrivé. 
 
C.L.: comment vous vous sentiez cette nuit quand vous montiez la garde pour sauver votre maison?
 
J'étais vraiment très inquiet jusqu'à ce que le feu s'éloigne de ma maison. Nous avons eu de la chance, nous n'avons perdu aucune tête de bétail ni de mouton, mais toutes nos pâtures ont été brûlées, donc je n'ai plus de quoi nourrir mes troupeaux. Mais on a l'habitude, c'est la deuxième fois en 8 ans que notre propriété s'envole en fumée, et je crois que c'est lié au changement climatique. 
 
C.L.: mais vous êtes optimiste pour l'avenir de votre ferme?
 
J'ai bien peur que les Australiens soient d'incurables optimistes. C'est soit ça, soit nous sommes complètement fous.» 
 
Pendant ce temps-là, en Tasmanie c'est l'heure du bilan à Dunalley, le petit village de pêcheurs littéralement rasé par les flammes dimanche. La police a fouillé plus de 850 maisons dans la zone et n'a pas retrouvé de cadavre. Elle est donc de plus en plus optimiste concernant la centaine de personnes dont on est sans nouvelles depuis dimanche. 
 
En tout cependant, 126 maisons ont été détruites à Dunalley, dont l'école. Et les habitants, autorisés à revenir au village hier soir, commencent à exprimer leur mécontentement. Dunalley est situé dans une région très boisée et donc propice aux incendies malgré le climat plutôt frais de la Tasmanie.
 
Selon Tony Disipio, un habitant du village qui a perdu sa maison, les autorités tasmaniennes auraient du faire des brûlis préventifs autour du village pour éviter la tragédie. Il rappelle qu'il y a 25 ans, c'était une pratique annuelle, pendant l'hiver, et que ces dernières années, cela s'est fait de moins en moins. 
 
Le Ministre tasmanien chargé de la gestion des catastrophes naturelles, David O'Byrne, estime que c'est une responsabilité partagée, entre l'Etat, les parcs nationaux et les habitants eux-mêmes. Selon lui, les terres publiques, d'Etat, ne représentent qu'un cinquième de la superficie ravagée par les flammes. Il promet une consultation publique une fois que les feux seront éteints.