De l'eau dans le gaz entre la Papouasie Nouvelle-Guinée et le Vanuatu

De l'eau dans le gaz entre la Papouasie Nouvelle-Guinée et le Vanuatu

De l'eau dans le gaz entre la Papouasie Nouvelle-Guinée et le Vanuatu

Posté à 24 January 2013, 8:20 AEDT

Le Premier ministre papou, Peter O'Neill, a accusé le ministre des Affaires étrangères du Vanuatu, Alfred Carlot, de mentir effrontément.

Résumé de la situation : tout a commencé par l'atterrissage de nuit, le jeudi 17 janvier, d'un mystérieux Boeing à l'aéroport international de Port Moresby, capitale de Papouasie Nouvelle-Guinée. Un vol non autorisé. Tout le personnel de l'immigration était alors rentré à la maison.

À bord de l'appareil, deux hommes d'origine vietnamienne, Vu Anh Quan Saken et Charles Henry Saken, munis de passeports diplomatiques du Vanuatu qui désiraient rencontrer Alfred Carlot, déjà en Papouasie Nouvelle-Guinée sur invitation dit-il, du gouvernement papou.

Ces deux hommes sont arrivés à bord d'un jet privé appartenant au British International Jet Club.

Lucy Bogari, Vice-secrétaire d'État aux Affaires étrangères du gouvernement papou, précise que M. Carlot était en Papouasie Nouvelle-Guinée pour des entretiens officiels avec le nouvel ambassadeur des États-Unis pour la Papouasie Nouvelle-Guinée et le Vanuatu, Walter North.  

Lucy Bogary tient à souligner que M. Carlot n'était pas en Papouasie Nouvelle-Guinée sur invitation du gouvernement papou.

L'ambassade des États-Unis à Port Moresby a depuis précisé qu'il n'y avait eu aucun entretien entre M. North et M. Carlot.

Les services d'immigration ont été pris de court par l'arrivée du mystérieux appareil et ont interrogé les membres d'équipage et les passagers, dont les deux frères vietnamiens ; Vu Anh Quan Saken et Charles Henry Saken.  Le but étant de déterminer si des infractions aux lois sur l'immigration avaient été commises.
Après enquête, aucune infraction n'a été découverte et l'avion a été autorisé à s'envoler vers Singapour avec l'équipage et les passagers.

Peter O'Neill, Premier ministre de Papouasie Nouvelle-Guinée, s'explique.

O'NEILL : « Le personnel des douanes et de l'immigration ont fait leur travail comme d'habitude. Une vérification complète de l'appareil et des marchandises a été effectuée et il n'y avait aucune substance illégale.
Les passagers de l'avion possédaient tous des passeports légitimes  du pays d'où ils venaient. La police a aussi menée une enquête après toutes les allégations véhiculées sur les réseaux sociaux et par l'opposition. Aucune infraction aux lois de notre pays n'a été trouvée et l'avion et les passagers ont donc quitté notre pays.
»

Notre correspondant Firmin Nanol, a fait remarquer au Premier ministre papou que le ministre des Affaires étrangères du Vanuatu a affirmé avoir été invité à Port Moresby par le gouvernement de Papouasie Nouvelle-Guinée ?

O'NEILL : « Et bien je pense que c'est un pur mensonge. Je n'ai jamais invité qui que ce soit ici et si un communiqué dit le contraire, je peux vous dire que ce n'est pas vrai. Vous pouvez me croire, il n'y a pas eu d'invitation. En tant que pays voisin, des passagers sont ici en transit avant d'aller à Honiara, à Port Vila ou à Suva et ils utilisent nos services aériens, ça c'est normal. Mais il n'y a pas eu d'invitation de la part de notre gouvernement. »

Pendant ce temps au Vanuatu, le bureau du Premier ministre, Sato Kilman, a indiqué ne pas être au courant de la visite du ministre des Affaires étrangères en Papouasie Nouvelle-Guinée.