De la transparence pour une plus juste répartition des revenus

De la transparence pour une plus juste répartition des revenus

De la transparence pour une plus juste répartition des revenus

Mis à jour 25 January 2013, 10:32 AEDT

L'Initiative pour la transparence au sein de l'industrie extractive (ITIE) pourrait aider les petites nations océaniennes du Pacifique.

À noter que cette initiative a été lancée en 2002 au Sommet de la Terre de Johannesburg, en Afrique du Sud, après avoir constaté les écarts substantiels entre les revenus de l'industrie minière encaissés par les États et la pauvreté des populations des États concernés.

Serena Lilywhite, spécialisée dans le secteur minier dans l'organisation caritative Oxfam, estime que l'ITIE permettra à la population de demander des comptes au gouvernement et de s'assurer qu'elle obtienne sa part des ressources.
Elle nous dit tout d'abord comment ça fonctionne.

LILYWHITE : « C'est une initiative globale qui encourage toutes les sociétés minières à dévoiler les revenus fiscaux et les royalties qu'elles payent aux gouvernements tout en encourageant les gouvernements à dévoiler ce qu'ils reçoivent. En clair, c'est un système de contrôle pour vérifier et équilibrer les comptes en essayant d'obtenir le plus haut degré de transparence sur les flux des revenus du secteur extractif. »

Et concrètement en quoi cela pourrait aider les nations océaniennes du Pacifique ?

LILYWHITE : « L'un des avantages de cette initiative, est qu'elle donne un coup de projecteur sur les flux des revenus. Et cela aide les petites communautés concernées par l'exploitation minière à mieux voir combien d'argent vient remplir les coffres du gouvernement.
Ils peuvent donc réclamer des comptes au gouvernement, lui demander combien d'argent le gouvernement va dépenser dans le développement local et les services pour que les petites communautés aient une juste part de leurs ressources naturelles.
»

Comme chacun le sait, la corruption reste un problème dans la région. Est-ce que cette initiative prend en compte ce problème ?

LILYWHITE : «  Oui, elle le fait. Ce n'est pas la réponse définitive aux problèmes de corruption mais elle permettra d'exposer au grand jour le mouvement des revenus et cela va permettre aux citoyens de demander des questions à leur gouvernement. Lui demander où l'argent a été ? De réclamer la mise en place de dispositifs, de lois, de réglementations et d'aider ainsi à la lutte contre la corruption, c'est une étape importante dans la lutte contre la fraude et la corruption. »

Pour les intéressés, une conférence sur l'Initiative pour la transparence au sein de l'industrie extractive aura lieu en mai prochain à Sydney.