Grande conférence sur les sciences du climat à Fidji

Grande conférence sur les sciences du climat à Fidji

Grande conférence sur les sciences du climat à Fidji

Posté à 25 January 2013, 9:44 AEDT

Un forum qui réunit cette semaine des météorologues, des scientifiques du changement climatique, des représentants du gouvernement et des membres de la société civile.

L'objectif est de trouver les moyens à mettre en place pour améliorer la collecte et le partage des informations sur le climat pour aider les gouvernements à mieux s'adapter aux changements climatiques et aux phénomènes météorologiques extrêmes.

La conférence se déroule à l'Université du Pacifique Sud et nous avons pu joindre, le chargé de l'environnement régional de l'ambassade des États-Unis à Suva, Norman Barth.
Pour lui, l'information doit mieux circuler de façon à aider les populations.

BARTH : « L'information, c'est la clé. L'information et l'utilisation des connaissances. Connaissances que nous avons sur les systèmes météo et le changement climatique et qui peuvent aider les gens à mieux gérer les conditions qui arrivent, que cela soit une sécheresse ou des pluies. Donc oui, vous avez raison, l'information et primordiale dans tout cela. »

Par connaissances que nous avons, Norman Barth fait allusion par exemple aux prévisions météo qui sont communiquées par des services climatiques…

BARTH : «  Si vous avez des prévisions météo qui sont, disons, de 4 mois à l'avance et qui disent que sur votre atoll vous allez vous retrouver avec des niveaux de chutes de pluie nettement en-dessous de la normale et bien cette information va vous être utile si vous ne buvez que de l'eau de pluie. Même chose si l'information dit qu'une sécheresse va venir.
C'est dans ce sens que ces prévisions de trois mois, six mois et parfois un an à l'avance sont des informations disponibles et je ne crois que tout le monde le sait dans les îles du Pacifique. De nombreux gens le savent, de nombreuses agences gouvernementales le savent, mais certaines petites communautés et même des organisations régionales ne sont pas au courant de la valeur de ce que l'on appelle les services climatiques.
»

Ces services climatiques se concentreraient donc principalement sur des prévisions météo de 3, 4 ou 6 mois à l'avance et même parfois un an comme le disait Norman Barth qui nous parle maintenant d'un manque de communication entre scientifiques et population ou scientifiques et gouvernements.

BARTH : « Les Scientifiques s'enthousiasment toujours sur des données, des ordinateurs, la technologie et disent : 'regardez ce que je peux faire avec ça !'. Mais ils ne créent pas toujours des produits utiles aux populations. Non pas parce qu'ils sont méchants, mais parce qu'ils ne savent pas toujours ce dont vous avez besoin.
D'un autre côté, les populations ne savent pas toujours exprimer leurs besoins aux scientifiques… Il y a donc des vides et il faut construire des ponts entre les décideurs, les populations, les organisations régionales et il faut voir comment nous pouvons le faire, comment nous pouvons transmettre une information qui vous soit utile.
»

Ce à quoi travaillent les délégués de cette conférence sur les sciences du climat à Fidji.