Îles Salomon : le massacre des dauphins se propage dans les réseaux sociaux

Îles Salomon : le massacre des dauphins se propage dans les réseaux sociaux

Îles Salomon : le massacre des dauphins se propage dans les réseaux sociaux

Mis à jour 1 February 2013, 8:44 AEST

Et des opérateurs de tourisme s'inquiètent de l'impact de Facebook sur les touristes.

Jusqu'à présent les villageois de Fanalei ont tué au moins 1 000 dauphins pour protester contre le non paiement de fonds de développement promis par l'organisation écologiste américaine : Earth Island.

Cette organisation a signé un accord sur trois ans avec trois villages de la Province de Malaita. Conformément à cet accord, Earth Island débloque de l'argent pour mettre en place des projets de développement et en échange, les trois villages renoncent à leur pratique traditionnelle de chasse aux dauphins.

Les villageois de Fanalei affirment qu'ils n'ont pas été payés. Faux, répond l'organisation écologiste, des fonds ont été remis à des représentants du village à Honiara, la capitale, mais l'argent en question n'a jamais atteint le village.

Les villageois ont donc tout d'abord massacré dans les 700 dauphins la semaine dernière, puis 300 dauphins supplémentaires en annonçant que le massacre continuerait tant qu'ils n'obtiendraient pas satisfaction.

Entre temps, Facebook attire l'attention de touristes potentiels qui pourraient éventuellement renoncer à un séjour aux salomon.

Nous en avons parlé avec Michael Tokuru, le Directeur général de l'Office du tourisme des Salomon. Un Michael Tokuru inquiet.

TOKURU : « Nous voulons nous promouvoir en tant que destination éco-touristique. Cette nation, notre pays, vient de sortir des problèmes des précédentes crises ethniques. Nous avons tant de choses à développer, redorer notre image d'autant plus que nous avons accueilli le Festival des Arts du Pacifique l'année dernière, et aussi la visite du couple royale l'année dernière. Alors c'est certain que cette affaire aura un impact sur notre image, oui je le dis, il y aura un impact négatif. »

Danny Kennedy dirige un club de plongée 'Gizo Dive' de l'autre côté des îles de la Province de Malaita, dans la Province Ouest, et il pense également que le massacre des dauphins aura un impact sur le nombre de visiteurs.

KENNEDY : « Je suis certain qu'il y aura un impact de manière général. Mais malheureusement ce sont des choses qui arrivent à un niveau culturel et dans des régions très éloignées. Malheureusement c'est toujours le tourisme qui en fait les frais. Nous allons essayer de limiter les dégâts par rapport à ce qu'ils font à Malaita. »

Les îles Salomon ont découvert et exploitent un créneau spécifique et porteur : la plongée sous-marine autour des épaves de bateaux ou des carcasses d'avion de la seconde guerre mondiale. Mais Danny Kennedy nous a indiqué que les gouvernements qui se sont succédé aux îles Salomon n'ont jamais essayé de développer ce secteur.

KENNEDY : « Je suis ici depuis 28 ans, comme opérateur, et d'un point de vue personnel, le tourisme n'a jamais été une priorité ni la recherche de devises étrangères. Donc si cette affaire à un impact sur nous et bien pour être honnête, je ne pense pas que quiconque au gouvernement va réagir et les gens vont devenir de plus en plus dégoûtés quand ils vont voir ce qui est en train d'arriver. »

Nous apprenons aujourd'hui que le ministre du Tourisme, Samuel Manetoali, a décidé de réagir et d'envoyer sur place une mission d'enquête pour tirer cette affaire au clair.