Augmentation de la consommation d'alcool chez les mineurs

Augmentation de la consommation d'alcool chez les mineurs

Augmentation de la consommation d'alcool chez les mineurs

Posté à 1 February 2013, 8:43 AEDT

Aux îles des Mariannes du Nord, 41% des lycéens abusent de l'alcool.

C'est une étude en cours sur la santé publique dans ce Commonwealth américain des îles Mariannes du Nord qui a révélé que près de la moitié des lycéens s'adonnent à l'alcool.

Le Centre de santé du Commonwealth a donc décidé de réagir et s'est aperçu que les méthodes de prévention utilisées aux États-Unis ne fonctionnaient pas dans le contexte du Pacifique.

Des méthodes articulées autour du Pacifique ont donc été définies.

Pour nous en parler aujourd'hui : Jimmy Arriola, qui travaille à ce Centre de santé du Commonwealth.

Nous lui avons demandé si ces jeunes des Mariannes du Nord consommaient tout simplement de l'alcool ou est-ce qu'ils en abusaient ?

ARRIOLA : « Quand vous êtes jeunes et que vous avez de l'alcool, vous savez que c'est illégal, et culturellement, ces jeunes ne sont pas autorisés à boire devant leurs ainés ou avec des adultes.
Ainsi, quand ils ont de l'alcool, ils ne s'assoient pour le boire tranquillement, je veux dire de manière responsable. Ils en prennent le maximum en peu de temps ce qui affecte les comportements et le cerveau de ces adolescents. C'est comme ça qu'ils abusent de cette substance dans les îles.
»

Il ne s'agit pas de cas isolés puisque selon les dernières statistiques, 41% des lycéens sont concernés. Alors, que font les lycées ? Est-ce que des programmes de sensibilisation ont été mis en place ?

ARRIOLA : « Oui. Nous essayons de créer une approche mieux intégrée pour mettre un pont entre notre système traditionnel de prévention et le système des institutions nationales puisque c'est cette séparation qui posait problème.
De nombreuses responsabilités ont été enlevées aux entités traditionnelles, comme le réseau de la famille élargie mais nous, nous les avons intégrées dans le système scolaire, dans le système de la santé publique, dans les services de police et de sécurité.
Nous misons sur une collaboration accrue entre le système traditionnel et le système national.
En fait, nous mettons nos racines au sein du système afin de mettre en place des programmes qui comportent des données, des exemples et des valeurs traditionnelles que les gens comprendront mieux puisqu'elles ont fonctionné pendant des générations, pendant des milliers d'années. Et tout cela est un supplément à ce que propose l'institution nationale. Il y a donc davantage de collaboration entre l'État et la population qu'il doit servir.
»