Deux personnes inculpées d'homicide volontaire en Papouasie Nouvelle-Guinée

Deux personnes inculpées d'homicide volontaire en Papouasie Nouvelle-Guinée

Deux personnes inculpées d'homicide volontaire en Papouasie Nouvelle-Guinée

Mis à jour 19 February 2013, 8:54 AEST

Au début du mois, une jeune mère a été brûlée vive en Papouasie Nouvelle-Guinée : vingt ans et maman d'une petite fille de huit mois, elle avait été accusée d'avoir tué par la sorcellerie un garçon de six ans.

Une mort atroce : après avoir torturé Kepiari Lenata avec une barre de fer brûlante, les bourreaux ont arraché ses vêtement, attaché ses mains et ses jambes avant de l'asperger d'essence et de la jeter dans un feu sur un monticule d'ordures. La presse du monde entier avait alors relayé l'horreur.


La semaine dernière, une descente de police dans un camp de squatteurs de Mount Hagen, a conduit à l'arrestation d'une centaine de personnes qui ont ensuite été interrogées. Notre correspondant, Liam Fox, nous apprend maintenant qu'un homme et une femme ont été inculpés d'homicide volontaire. Il s'agirait de la mère et de l'oncle du jeune garçon décédé.


En Papouasie Nouvelle-Guinée, selon les croyances locales, la mort naturelle n'existe pas. On ne meurt pas de paludisme ou de typhoïde. On meurt parce qu'un sorcier ou une sorcière vous a jeté un sort.