Nouvelle réduction de l'aide australienne dans le Pacifique

Nouvelle réduction de l'aide australienne dans le Pacifique

Nouvelle réduction de l'aide australienne dans le Pacifique

Posté à 21 February 2013, 8:36 AEDT

Programmes humanitaires, programmes de santé et d'aide en cas de catastrophes, autant de secteurs qui sont menacés par des coupes budgétaires.

Coupes suscitées par la décision, l'année dernière, du gouvernement australien d'utiliser une partie de l'aide à l'étranger pour payer l'hébergement, la nourriture et autres coûts relatifs aux demandeurs d'asile actuellement dans des centres de rétention en Australie, mais aussi à Nauru et sur l'île de Manus, en Papouasie Nouvelle-Guinée.

Nous avons obtenu une répartition des programmes d'aide qui seront touchés par cette deuxième vague de réduction. La deuxième en 9 mois puisqu'en décembre dernier, le chef de la diplomatie australienne, Bob Carr, a annoncé que 375 millions de dollars du budget de l'aide seraient utilisés pour les demandeurs d'asile.


La parole est à Mark Purcell, du Conseil australien pour l'aide à l'étranger.

PURCELL : « L'aide à l'étranger a un but. Les programmes d'aide à l'étranger servent à aider les populations des pays pauvres où il faut combattre la pauvreté. Et si vous utilisez cet argent pour des besoins internes à  l'Australie, cet argent n'atteindra pas les plus pauvres à l'étranger. »

Lors du détournement de 375 millions de dollars en décembre 2012, le gouvernement australien n'avait pas vraiment fait preuve de transparence en restant dans le vague et en refusant de spécifier les programmes qui seraient affectés par cette coupe.

Est-ce que l'on en sait un peu plus avec cette deuxième réduction. La réponse de Mark Purcell.

PURCELL : « Oui, la plus grande coupe est de 70 millions de dollars pris dans des fonds humanitaires et dans des programmes d'intervention d'urgence. Et les gens aux îles Salomon savent combien ces fonds sont vitaux en cas de situation d'urgence quand il faut répartir ces fonds rapidement pour envoyer une assistance là où des vies peuvent être sauvées. Au niveau national, la plus grande réduction est pour l'Indonésie avec 38 millions de dollars en moins. Pour le Pacifique, c'est 7% en moins pour les îles Salomon, près de 17 millions de dollars retirés à des projets d'éducation et d'autres liés à l'égalité des sexes qui étaient prévus cette année,
L'autre grande coupe, c'est le Vanuatu avec 13 millions de dollars en moins pour des programmes de bonne gouvernance et de développement urbain.
»
 
Dans les couloirs du Parlement, on peut entendre certains responsables politique dirent que l'Australie peut se permettre de réduire son aide étant donné l'augmentation des fonds injectés par la Chine ou Taïwan. Qu'en pense Marc Purcell ?

PURCELL : «  Ce n'est pas ce que dit la propre commission de révision de l'aide du gouvernement australien qui en fait recommande une augmentation de l'aide australienne dans les nations océaniennes du Pacifique. Et je pense que des pays donateurs comme la Chine et d'autres, si l'Australie est perçue en position de retrait, et qu'elle ne peut pas tenir ses engagements pour des raisons de politique interne, et bien ces autres pays donateurs vont combler le vide et pourquoi les gouvernements des îles du Pacifique ne se tourneraient-ils pas vers ces autres pays donateurs s'ils s'avèrent plus fiables. »