Tendances suicidaires chez les jeunes Océaniens de Nouvelle-Zélande

Tendances suicidaires chez les jeunes Océaniens de Nouvelle-Zélande

Tendances suicidaires chez les jeunes Océaniens de Nouvelle-Zélande

Posté à 25 February 2013, 8:38 AEST

Un vif sentiment d'inquiétude prévaut au sein de la diaspora du Pacifique.

Une inquiétude suscitée par la révélation du suicide d'un enfant de moins de 9 ans en 2011.

Les experts de la santé réclament maintenant un changement d'attitude et demandent que la communauté océanienne de Nouvelle-Zélande arrête de faire la politique de l'autruche et qu'elle doit relever la tête pour faire face au problème.

Nous avons tenté de définir avec Jemaima Tiatia, attachée de recherche à l'Université d'Auckland, les raisons à l'origine des tendances suicidaires chez les jeunes Océaniens.

TIATIA : « Une discipline corporelle très stricte, les abus sexuels, les abus psychologiques, le manque d'amour, de communication et de soutien sont des facteurs de suicide chez les jeunes. Il y a aussi l'intimidation et les brimades sur l'Internet qui sont à la hausse et qui sont un facteur contributeur. »

Les taux de suicide sont à la hausse, la situation s'aggrave. Est-ce que le problème est  suffisamment pris en considération ?

TIATIA : « Pas du tout et j'ai toujours demandé s'il fallait attendre l'arrivée du corbillard pour réagir, pour en parler et c'est maintenant qu'il faut en parler. J'ai réalisé à travers mes travaux que c'est au gens du Pacifique qu'il faut parler car c'est un sujet tellement tabou qu'il décourage les familles et les jeunes à rechercher de l'aide. »

Est-ce à dire donc que de nombreux jeunes ne savent pas où trouver de l'aide, ne savent pas quelle direction choisir ?

TIATIA : « Effectivement, il y a une certaine confusion et puis on attend beaucoup des jeunes. Nos familles viennent [en Nouvelle-Zélande] avec le rêve que leurs enfants deviennent des neurochirurgiens ou des grands joueurs de rugby à 15 et parfois tous ses attentes font beaucoup de pression sur nos jeunes quand ils n'y arrivent pas. »

Pour Jemaima Tiatia, il faut dès à présent encourager le dialogue entre la communauté océanienne et les enfants et les jeunes de cette communauté afin qu'ils puissent s'exprimer et mettre sur la table leurs idées sombres.

Dans le cas contraire…

TIATIA : « Les suicides continueront d'augmenter, c'est ma plus grande crainte et ça augmentera parce que les gens ne veulent pas écouter ou refusent de faire quoi que ce soit. Je sais que c'est cliché, mais ces jeunes sont notre avenir et ils meurent parce qu'ils ne peuvent pas discuter de quelque chose qui est jugé inapproprié. »