L'île de Rotuma: une ferme bio de 43 kilomètres carrés

L'île de Rotuma: une ferme bio de 43 kilomètres carrés

L'île de Rotuma: une ferme bio de 43 kilomètres carrés

Posté à 21 June 2013, 8:27 AEST

Des habitants s'exilent, des terres se libèrent… une île certifiée biologique émerge.

Les faits tout d'abord : Rotuma est l'île la plus au nord de l'archipel fidjien, 43 kilomètres carrés à plus de 400 kilomètres de Fidji. Elle est plus proche de Tuvalu que de Suva, la capitale fidjienne.

De nombreux habitants se sont exilés à Fidji et ailleurs. Il n'y aurait à présent que 2 000 ou 3 000 personnes à Rotuma.

Cette exode a libéré pas mal de terres arables et la demande pour des fruits et des légumes biologiques ne fait qu'augmenter. L'idée est donc de transformer la totalité de l'île de Rotuma en une ferme certifiée biologique pour favoriser les exportations et générer des revenus.

L'année dernière, Rotuma a interdit tous les produits chimiques agricoles pour parvenir à obtenir la certification bio. Hiagi Foraete est le responsable de ce projet.

FORAETE : « Oui, nous sommes dans ce programme et nous avons interdit l'usage des produits chimiques sur l'île. Notre voulons que l'île soit reconnue comme une île biologique. Ce programme fait partie du Secrétariat de la Communauté du Pacifique et nous l'avons commencé il y a deux ans. »

Le but est donc de favoriser les exportations… Mais vers quels marchés ?

FORAETE : « Ce que nous cherchons en ce moment avec cette certification, c'est de trouver des niches en Australie et en Nouvelle-Zélande. Avec certaines régions, nous devrons passer par un programme de certifications d'une tierce partie pour nos produits bio.

Mais avec le programme de certification sur lequel nous sommes en ce moment, nous ciblons l'hôtellerie à Fidji (Viti Levu), un marché sensible à une alimentation saine.
»

Comment les produits bio vont être exportés et quels sont ces produits ?

FORAETE : « Actuellement, c'est par bateau. Par voie aérienne, nous n'avons pas d'appareils assez gros qui viennent sur l'île pour exporter nos produits. C'est donc par bateau et les produits sont traités contre les organismes nuisibles.
En ce moment, nous exportons vers Tuvalu. Nous n'avons pas d'autres marchés actuellement. Mais nous exportons des melons et des ananas et nous comptons aussi exporter des oranges, des mangues et des avocats.

Pour les légumes, du taro, des aubergines et des choux pour répondre aux besoins de Tuvalu. »

Un petit marché donc, Tuvalu compte un peu plus de 10 000 habitants, mais qui risque de devenir grand. Si Rotuma ne commet aucune faute et livre des produits vraiment bio sans aucun produit chimique,  la certification bio pourrait être  accordée d'ici 18 mois.