Australie: les fondeurs d'aluminium ne veulent pas des énergies propres

Australie: les fondeurs d'aluminium ne veulent pas des énergies propres

Australie: les fondeurs d'aluminium ne veulent pas des énergies propres

Mis à jour 30 June 2014, 13:38 AEST

Plus d'un quart des députés de la majorité ont signé une pétition pour exempter les producteurs d'aluminium du passage aux énergies renouvelables. 

Les deux grands partis se sont pourtant mis d'accord sur un objectif de 20% d'énergies propres dans la consommation totale de l'Australie d'ici 2020. En l'état, la pétiion a peu de chances d'aboutir, car le Parti Uni de Clive Palmer, et ses trois sénateurs, voteront contre des dérogations au plan d'énergies renouvelables.

Les producteurs d'aluminium australiens sont extrêmement gourmands en électricité, produite à partir du charbon, contrairement aux fondeurs étrangers d'aluminium qui utilisent de l'hydroélectricité, ou l'électricité nucléaire, ou encore géothermique.

Les producteurs australiens estiment que le plan d'énergies renouvelables leur coûterait 80 millions de dollars d'ici 2017. Et ils mettent en garde contre des suppressions d'emplois et la délocalisation de leurs fonderies à l'étranger.

Mais si le gouvernement accorde une dérogation aux producteurs d'aluminium, les producteurs de verre, de papier aussi pourraient réclamer une exemption, car ils consomment énormément d'électricité. Dan Tehan, député libéral d'une circonscription dans le Victoria, où se trouve l'une des quatre usines d'aluminium restantes en Australie :

« Eux aussi consomment beaucoup d'électricité, mais moins que les producteurs d'aluminium. D'autre part, les usines d'aluminium contribuent à garantir la stabilité du réseau d'électricité, car leur consommation est constante. Par exemple, la fonderie d'aluminium de Tasmanie représente 25% de la consommation totale d'électricité dans l'État. Celle du Victoria, c'est 10%. »

Malgré ces chiffres impressionnants, le député affirme que la dérogation aux fondeurs d'aluminium ne remettrait pas en cause l'objectif national de 20% d'énergies renouvelables :

« L'industrie de l'aluminium a fait une étude, selon laquelle, même si elle n'est pas soumise à l'obligation de passer aux énergies propres, l'Australie pourra atteindre 20% d'énergies renouvelables dans sa consommation totale d'ici 2020. »

Le député libéral Dan Tehan, au micro d'Eliza Borrello.

Selon Tony Wood, de l'Institut Grattan, la crise du secteur de l'aluminium en Australie est avant tout liée à la baisse du cours mondial depuis 2011.

Autre facteur crucial: la libéralisation du marché de l'électricité en Australie, qui a fait perdre aux fondeurs d'aluminium leurs contrats très avantageux avec le producteur historique d'électricité. Ils paient désormais le prix du marché. Résultat: une fonderie a fermé il y a deux ans, et une autre fermera cette année.