Annoucement

Le ​service ​d’informations ​en ​français ​de ​Radio ​Australie ​a ​fermé ​en ​février ​2017. ​Cette ​page ​n’est ​plus ​mise ​à ​jour. ​Pour ​en ​savoir ​plus, ​rendez-vous ​sur http://ausp.lu/2fm5qSv.

Australie : la bataille commence autour du projet d'enfouissement des déchets nucléaires

Australie : la bataille commence autour du projet d'enfouissement des déchets nucléaires

Australie : la bataille commence autour du projet d'enfouissement des déchets nucléaires

Mis à jour 10 May 2016, 19:49 AEST

La commission royale d'enquête sur le nucléaire a terminé ses travaux. Après plus d'un an de consultations et de débats, elle publie son dernier rapport et recommande au gouvernement d'Australie méridionale de construire un site où seraient enfouis des déchets nucléaires venant du monde entier. 

Le gouvernement fédéral australien a récemment choisi un site pour accueillir ses déchets nucléaires de faible et moyenne activité : le ranch de Barndioota, en Australie méridionale. C'est aussi dans cet État que pourrait être construit un site d'enfouissement de déchets hautement radioactifs.
 
Il faut continuer à y travailler, recommande aujourd'hui la commission royale d'enquête sur le nucléaire. Le projet est viable et peut être mis en place sans danger, estime Kevin Scarce, l'un des commissaires. Mais il va falloir le soutien de la population, souligne-t-il. Il conseille de créer un organisme indépendant chargé de répondre aux questions des habitants :
 
« Le consentement de la population, ce n'est pas à un moment donné qu'il faut l'obtenir, c'est sur le long terme, parce que ce projet nécessitera sûrement 10 à 15 ans de discussions avant qu'une décision ne soit prise. Après, c'est au gouvernement de décider comment il perçoit cette question. »
 
Kevin Scarce pense que faire voter la population n'est pas la bonne solution. Mais alors, comment savoir si les Australiens du sud acceptent de vivre à côté d'un site d'enfouissement des déchets nucléaires ? Le Premier de l'État, Jay Weatherill, parle d'annoncer prochainement « un plan de consultation du public ». Et selon lui, une approche bipartisane est essentielle. Mais le chef de file de l'opposition, Steven Marshall, critique déjà son absence de plan. 
 
Si l'on en croit les premières réactions - très hostiles - des habitants au projet annoncé par le gouvernement fédéral, la partie sera loin d'être gagnée, quel que soit le plan des autorités locales.