PNG: de l'eau dans le gaz à Hela

PNG: de l'eau dans le gaz à Hela

PNG: de l'eau dans le gaz à Hela

Mis à jour 9 January 2017, 15:24 AEDT

En Papouasie Nouvelle-Guinée, 150 militaires et policiers sont arrivés dans la province d'Hela ce week-end. Leur mission: pacifier cette région des Hauts-Plateaux, secouée par des conflits tribaux qui ont fait plusieurs dizaines de morts ces derniers mois; et protéger l'usine de gaz naturel d'Exxon Mobil. 

Une deuxième vague de 150 policiers, militaires et magistrats viendront prochainement compléter le dispositif pour restaurer l'ordre dans la province de Hela. Il s'agit de désarmer les tribus et de détruire les arsenaux. Le gouvernement promet d'amnistier ceux qui rendent les armes de leur propre gré. 
 
Isaac Lupari, le secrétaire-général du gouvernement papou, est venu assister au départ des troupes. 
 
« Nous avons beaucoup de problèmes dans la province de Hela. Que faire quand vous êtes confrontés à des hommes armés qui saccagent la région et n'ont aucun respect pour la vie humaine?, s'est demandé Isaac Lupari au micro d'Eric Tlozek, le correspondant d'ABC à Port-Moresby.  Du coup, la vie s'arrête, les enfants ne vont pas à l'école, les mamans ne peuvent pas aller se faire soigner. Ce déploiement est d'autant plus nécessaire que nous avons une site de production dans cette province qui est crucial pour l'économie, et qui emploie des milliers de Papous. Donc nous devons restaurer l'ordre pour protéger ce site qui est souvent paralysé par des propriétaires coutumiers mécontents. » 
 
La province de Hela regorge de gaz naturel. 6 puits y sont exploités par Exxon Mobil, qui procède à un premier conditionnement du gaz dans son usine de Hides. Ce gaz est exporté principalement en Chine, au Japon et à Taïwan. 
 
Un convoi de militaires papous, en route vers la province de Hela. (ABC/Eric Tlozek)
Un convoi de militaires papous, en route vers la province de Hela. (ABC/Eric Tlozek)
Depuis l'entrée en production en 2014, les propriétaires coutumiers des terres où se trouvent les puits et l'usine sont en conflit avec le gouvernement papou. Ils estiment être floués, n'ayant pas reçu les royalties escomptées, et le produit de la taxe spéciale prélevée sur l'exploitation du gaz destinée à financer le développement de la province de Hela. 
 
En août dernier, pour exiger leur argent, les propriétaires coutumiers ont donc suspendu la production du gaz en bloquant les entrées et sorties de l'usine de Hides. Mais l'opération n'a pas été couronnée de succès.
 
Autre source de frustration: les propriétaires coutumiers n'ont réussi à obtenir une aide financière du gouvernement pour acheter leurs parts dans l'exploitation du gaz (4.27% du capital), qu'à la toute fin décembre 2016. Ils doivent donc encore attendre pour toucher leurs dividendes. 
 
Le gouvernement papou explique qu'il ne peut pas payer tant qu'il n'est pas certain de l'identité des véritables propriétaires coutumiers de ces terres riches en gaz. 
 
« Le gouvernement est prêt à vous payer vos royalties, a affirmé Isaac Lupari sur ABC. Soit 32 millions (il ne précise pas s'il s'agit de kinas ou de dollars, NDLR). Nous sommes aussi prêts à vous verser les 32 millions de taxe prélevée pour le développement de la province, et encore 32 millions de dividendes. Mais on ne peut pas procéder au paiement tant qu'on ne sait pas qui sont les vrais propriétaires coutumiers. Le gouvernement veut mener les vérifications d'identité des clans avec le soutien des tribunaux, mais certaines personnes qui revendiquent la propriété des terres exploitées ont lancé une procédure judiciaire pour bloquer ce processus d'identification. Voilà où nous en sommes. Donc je vous en prie, facilitez-nous la vie, acceptez qu'on vérifie la légitimité des tribus, et on pourra alors vous payer. »
 
Selon d'autres sources, les sommes dues aux propriétaires coutumiers seraient bien plus importantes. Elles s'élèveraient à 400 millions de dollars australiens.