Australie: la renaissance touristique de Ballina, capitale des attaques de requins

Australie: la renaissance touristique de Ballina, capitale des attaques de requins

Australie: la renaissance touristique de Ballina, capitale des attaques de requins

Mis à jour 11 January 2017, 18:40 AEDT

Drumlines, filets anti-requins, hélicoptères et drones, c'est la recette miracle qui a convaincu les vacanciers de se risquer dans les eaux de Ballina cette été. Il y a eu 16 attaques de requins dans cette région de la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud en l'espace de 2 ans et demi. 

Cette station balnéaire était devenue l'épicentre des attaques de requin en Australie, et donc l'année dernière, les plages avaient été désertées. 
 
Depuis septembre 2014, d'après le quotidien "The Australian", il y a eu 16 attaques, dont 2 mortelles, dans cette région du nord de la Nouvelle-Galles du Sud. 
 
En décembre 2016, les autorités ont pris des mesures pour protéger les vacanciers, et déployé tout un arsenal au large des plages autour de Ballina, à Booti Booti, Boomerang et Elisabeth. 
 
Deux strategies: celle du barrage, avec des filets anti-requins, mais aussi celle de la diversion, avec des « drumlines ». Ces lignes garnies d'hameçons munis d'appâts servent à attirer les squales loin des plages. 
 
Et bien sûr, la sécurité anti-requin passe aussi par les airs, où la surveillance est assurée par hélicoptère et par drone. 
 
 

L'effet de ces mesures de protection a été quasiment immédiat: les touristes sont de retour. 

 
« L'été dernier, certains jours seulement 3 ou 4 personnes se risquaient dans l'eau. Mais cette année, on a des centaines de baigneurs. Je suis en contact avec les nageurs-sauveteurs tous les jours, et nous allons devoir en embaucher plus, tellement il y a de baigneurs, et cela, pas seulement sur une plage, mais sur toutes les plages. Je dirais que nous avons 50 fois plus de gens dans l'eau cette année que l'été dernier, ce n'est pas une blague », assure David Wright, le maire du comté de Ballina, interrogé sur ABC. 
 
Ballina draine aussi des touristes qui viennent d'un peu plus loin, de Byron Bay par exemple, à une demi-heure au nord. Byron Bay n'a pas protégé ses plages, les estivaliers préfèrent donc se réfugier à Ballina. 
 
« Nous avons été complets pendant toute la saison, et encore complets jusqu'à la fin janvier. Personne n'a annulé cette année, et les touristes ont déjà réservé pour l'été prochain », se réjouit Tracey Donovan, qui loue des appartements en bord de mer, sur la plage de Lennox Head.  
 
Les touristes se risquent dans l'océan, mais ils ne s'éloignent pas trop des plages. Et les surfeurs se font très, très rares. Car malgré le dispositif de protection, « on n'encouragerait pas les jeunes à acheter des planches de surf, c'est clair que les professionnels du surf sont ceux qui souffrent le plus de la situation », reconnaît Tracey Donovan. 
 

Les filets anti-requins, un effet placebo?

 

Ballina est devenue une forteresse anti-requins, mais les squales sont 
Le drone “Mini Ripper”, utilise pour surveiller les allées et venues des requins au large des plages du nord de la Nouvelle-Galles du Sud, est équipé d’une camera, d’un haut-parleur, et d’un kit de survie qui peut être largué au-dessus de l’océan grâce à une télécommande. (Photo: ABC / Samantha Turnbull).
Le drone “Mini Ripper”, utilise pour surveiller les allées et venues des requins au large des plages du nord de la Nouvelle-Galles du Sud, est équipé d’une camera, d’un haut-parleur, et d’un kit de survie qui peut être largué au-dessus de l’océan grâce à une télécommande. (Photo: ABC / Samantha Turnbull).
toujours nombreux dans la zone. 5 grands requins blancs ont été capturés sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud après le déploiement des filets en décembre.  
 
Aucune mesure anti-requins, même les drumlines, ne peut garantir à 100% la sécurité des nageurs. L'efficacité des filets pour prévenir les attaques de requins est d'ailleurs controversée par des scientifiques de l'université de Deakin. Et ceux de Ballina seront retirés d'ici 5 mois. Ce n'était qu'un essai temporaire. 
 
Dave Loosemore, qui gère une résidence de vacances sur la plage de Shelly, à Ballina, estime que ce plan anti-requin a surtout un effet placebo. L'objectif est avant tout de convaincre les touristes de revenir. « Ils essaient juste de rassurer tout le monde, mais au final, ils ne rassurent personne », assène-t-il, inquiet pour la survie de son commerce après le retrait des filets.
 
En Nouvelle-Galles du Sud, ces dispositifs anti-requins - les drumlines et les filets, ne font pas l'unanimité. Des habitants et des défenseurs de l'environnement sont opposés à leur déploiement, parce que d'autres animaux marins en sont victimes - surtout des tortues et des dauphins.