Annoucement

Le ​service ​d’informations ​en ​français ​de ​Radio ​Australie ​a ​fermé ​en ​février ​2017. ​Cette ​page ​n’est ​plus ​mise ​à ​jour. ​Pour ​en ​savoir ​plus, ​rendez-vous ​sur http://ausp.lu/2fm5qSv.

L'Indonésie n'a pas peur de la pétition mondiale pour la Papouasie occidentale.

L'Indonésie n'a pas peur de la pétition mondiale pour la Papouasie occidentale.

L'Indonésie n'a pas peur de la pétition mondiale pour la Papouasie occidentale.

Posté à 31 January 2017, 21:03 AEDT

La pétition mondiale pour la Papouasie occidentale lancée à Londres la semaine dernière par le groupe Free West Papua campaign, soutenue par une association de parlementaires du monde entier, n’inquièterait pas le gouvernement indonésien. 

C’est en tout cas ce que rapporte le média en ligne indonésien okezone, relayant une déclaration du chef d'Etat-major indonésien, Gatot Nurmantyo. Le général a déclaré, lors d'une audition avec la Commission de la Chambre des Représentants qu'il n'allait pas se mettre en colère à cause des différentes pétitions lancées par des groupes, je cite, « criminels ». « Cela serait une perte de temps et d'énergie sur des questions qui ont peu d’importance », a-il ajouté.

Nurmantyo aurait également déclaré que le ministère de la Communication et de l'Information (KEmKominfo) aurait néanmoins déjà bloqué un certain nombre de sites internet qui relaient la pétition.

Selon le Chef de l'indépendance de la Papouasie occidentale et fondateur de la campagne, Benny Wenda, cette pétition en ligne est un moyen d’attirer l'attention internationale sur le sort des Papous.

« Nous devons attirer l’attention des personnes à Genève jusqu’à New York. Nous allons aussi apporter la pétition à New York pendant une Assemble générale. Donc c’est vraiment important. »

 

Il explique que fin août, une équipe d’Anglais partisans des indépendantistes mélanésiens traverseront le lac Léman à la nage pour aller remettre les signatures au secrétaire-général de l'ONU, à Genève. Un acte fort, symbolisant le parcours difficile de la Papouasie occidentale.  

« Il y aura des étudiants de l’université d’Oxford et quelques étudiants d’autres universités du Royaume-Unis. Ils seront six et traverseront le lac à Genève et parcourir environ 69 kilomètres. « 

Cette pétition vise à demander à l'ONU qu'elle réinscrive la Papouasie occidentale sur la liste des territoires à décoloniser. Elle réclame aussi la nomination d’un représentant spécial chargé d'enquêter sur le respect des droits de l'homme dans les deux provinces papoues indonésiennes. Ce lundi, elle avait déjà récolté plus de 11 600 signatures. Les organisateurs espèrent en récolter au moins 20 000 jusqu'en août prochain.